Internet sans Flash : retour d’expérience

Note : 
Pas encore de vote

Introduction

Cela fait maintenant plusieurs mois que je n’utilise plus le logiciel privateur Flash-plugin sur ma distribution Fedora. En effet, ce logiciel était le dernier non libre que j’installais encore, ce qui m’énervait tout particulièrement. Mais quitter Flash est quand même un grand pas. Plusieurs fois j’ai tenté de le quitter pour finalement finir par y retourner quelques jours après à cause d’un site Internet que je voulais consulter. La faiblesse du drogué, on rechute vite, surtout quand on a accès au produit aussi facilement. ^^
Mais maintenant que j’ai définitivement fait le grand saut, je souhaitais publier un petit retour d’expérience pour les personnes encore dépendantes de ce logiciel et qui voudraient le quitter.

Les sites de Streaming

Historiquement, se sont les sites qui ont le plus utilisé Flash pour permettre de lire les vidéos. Voilà un petit topo de ce qu’il en est en 2015 des sites les plus connus.

En ce qui concerne Youtube, il n’y a plus aucune raison de ne pas utiliser la technologie html5 que Google vient de mettre par défaut pour toutes les nouvelles vidéos uploadées sur le site. Et pour les anciennes vidéos, je n’ai jamais rencontré de problèmes particuliers pour les lire. Donc pour le coup, Youtube est 100 % compatible avec une utilisation exclusive de technologies libres. Plus aucune excuse de ce côté donc ! ;-)
Du côté de Dailymotion et Vimeo, je n’ai pas non plus rencontré de problème particulier dessus. Donc tout va bien sur les trois plus grosses plate-formes de streaming en France. « La voie est libre » comme dirait Framasoft ! :-)

Il y a cependant certains sites qui posent encore des problèmes. Dans ceux que j’ai rencontré : Arte+7, Pluzz (pas très normal pour un service public d’ailleurs…), Allociné et Canal+. Zéro pointé pour les quatre cancres de la classe, surtout Arte qui propose du html5 seulement pour les terminaux mobiles… Cela ne doit pas leur coûter beaucoup plus cher de passer tout leur site en html5 du coup…
Cependant ce n’est pas perdu pour autant : les quatre sont disponibles sur la plate-forme multimédia libre Kodi (anciennement XBMC) que j’utilise tout le temps. Pour les obtenir, il faut installer un dépôt d’extensions complémentaires. Toutes les informations par ici. ;-)

Enfin, pour terminer : bien heureusement toutes les vidéos de l’Assemblée nationale sont visibles en html5. Ouf ! Tout le monde a donc accès aux débats politiques que je vous invite d’ailleurs à suivre régulièrement, c’est très intéressant. ;-)

Et sur les autres sites ?

Certains sites nécessitent d’avoir Flash installé sur la machine pour lire des médias quelconques. Cela peut aller de la simple image (si si, je l’ai déjà vu…), à un lecteur de musique en passant par la pub.
La plupart du temps, j’ai juste un cadre gris avec une insulte de Firefox me proposant d’installer Flash mais cela ne m’empêche pas forcement d’accéder à l’information que je cherche (surtout les pub ^^). Quand c’est justement le média que je voulais voir, j’essaye de le trouver sur un autre site et sinon… bah tant pis pour lui (pas pour moi) : sur le Web un média existe via le partage. Si des gens ne peuvent pas le partager il finira par disparaître.

Cependant, d’autres sites font encore pire : ils n’utilisent que Flash pour fonctionner. Pour le moment j’en dénombre qu’un seul (initialement j’en avais deux mais le second à corrigé le problème :-)) : celui de la cité de l’espace. Site totalement illisible pour moi, mais aussi totalement inaccessible aux personnes handicapées (malvoyants et aveugles par exemple). Autant pour mon cas, ils s’en foutent peut-être, autant pour le second cas c’est particulièrement discriminant je trouve. Malgré deux courriels envoyés aux administrateurs du site, je n’ai eu aucune réponse de leur part… Bref : la cité de l’espace est désormais dans ma blacklist.

Enfin, certaines banques qui proposent les cartes bleues à usage unique font aussi appel à Flash… C’est le cas de la Société Générale qui est justement ma banque. Il en va de même pour la Banque Postale et le Crédit Lyonnais. À priori le service de carte bleue électronique de CIC fonctionne sans Flash. Je n’ai pas vérifié toutes les banques mais en tous cas je vous invite à vous renseigner auprès de la vôtre pour savoir si leur service est compatible avec des technologies libres (surtout si vous utilisez cette méthode de paiement et que vous souhaitez arrêter d’utiliser Flash ^^).
De mon côté, je n’ai malheureusement pas le droit de réaliser des transactions sûres sur le Web à cause de cela. Grosse déception. :’(

En conclusion

Mon utilisation de l’Internet n’est pas vraiment ce qui peut-être appelée de « classique », dans le sens ou je ne joue pas à des jeux flash (sur Facebook par exemple) et qui, par définition, ne fonctionneront pas sans. Je ne visite pas non plus de sites plus ou moins légaux proposant de regarder des séries et des films en streaming qui utilisent eux aussi la plupart du temps Flash pour fonctionner. Cependant, j’espère avoir donné un petit aperçu de l’Internet sans Flash en citant les principaux sites susceptibles d‘être utilisés.

Mais finalement, et c’est le plus important, j’ai remarqué que c’était mes habitudes de navigation qui ont évolué afin de devenir compatibles avec les technologies libres. Beaucoup de monde croient dur comme fer (moi aussi j’y croyais au début) que nous sommes accros à certains sites et que jamais nous ne pourrons nous en passer. Cela n’est absolument pas vrai, je vous assure. Tentez d’arrêter de visiter un site pendant même pas une semaine et il sera totalement sorti de votre esprit.
Mes meilleurs exemples sont les vidéos de Allociné que j’ai arrêté de regarder du jour au lendemain. Je n’ai pas eu de manque, de saut d’humeur et encore moins de nausée. ^^
Pour d’autres raisons, j’ai aussi arrêté très rapidement de consulter le site « Démotivateur », Pour cela, j’ai juste eu à le retirer de mes favoris et… Tadaa ! Aussitôt retiré, aussitôt oublié !
Et enfin, le pire de tous : Facebook que j’ai quitté il y a maintenant plus de trois ans… et je le vis très bien ! ;-)

Bref, tout ça pour dire qu’en 2015 il est plutôt facile de se passer de Flash, on peut naviguer sur le Web sans avoir la moitié des pages illisibles et d’avoir à se passer de nos sites préférés. La plupart du temps il existe des solutions dérivées pour obtenir ce qu’on cherche (par exemple les vidéos en replay de Arte en passant par Kodi).
Comme dans toute procédure de désintoxication, il faut se donner des règles. De mon côté, je m’en suis fixé qu’une seule plutôt simple : ne plus utiliser aucun logiciel privateur sur mon ordinateur (sauf le kernel pour des raisons matérielles…). Flash étant le dernier que j’utilisais, j’ai dû recadrer mes habitudes et finalement j’ai réussi à le quitter pour de bon. Et ce, beaucoup plus facilement que je ne l’aurai pensé initialement. Cela nécessite peut-être quelques sacrifices et de devoir résister à quelques tentations au début (« et si je le réinstallais, juste deux minutes, pas plus ! »), mais finalement on finit par y arriver. Et comme pour toutes les drogues : on est toujours plus heureux après qu’avant et on ne le regrette pas.

À quand votre tour alors ? ;-)

Pour aller encore plus loin…

… testez Internet sans Javascript ! ^^ Pour le coup je n’ai pas encore eu le courage d’y rester plus de 30 minutes. :-D

Catégorie: 

Il y a 1 commentaire

À un jour près il aurait été marqué dans ce billet.
En voulant visionner la commission d’enquête sur moyens de la lutte contre les réseaux djihadistes qui s’est déroulée le 28 janvier dernier au Sénat (et tout particulièrement l’intervention de Jérémie Zimmermann sur l'utilisation d'Internet à des fins d'organisation par les groupes terroristes), j’ai découvert qu’il était obligatoire d’avoir Flash pour lire leurs vidéos…
Heureusement, il est tout de même possible de télécharger la vidéo en passant par le code source de la page et de copier l’URL de la vidéo.
Et un bonnet d’âne pour les sénateurs, un !

Ajouter un commentaire

S'abonner à Comments for "Internet sans Flash : retour d’expérience"