La règle qui règle les accords

Onglets principaux

Note : 
Pas encore de vote

En cette semaine de la langue française et de la francophonie, j’ai souhaité défendre une règle d’égalité entre les genres en conjugaison perdue depuis le xviiie siècle. L’explication ? Soit disant parce que le genre masculin était considéré comme plus « noble » que le genre féminin et donc qu’il se devait alors d’accorder exclusivement sur le masculin.

Avant, nous pouvions écrire : « Les chapeaux et les chemises étaient jolies. », ou même (soyons fous ^^) : « Les chapeaux et la chemise est jolie. » Il était à cette époque possible d’accorder en genre et en nombre l’adjectif et le verbe sur le sujet le plus proche, ici « les chemises ». C’est ce qu’on appelle la « règle de proximité ».

Trois siècles plus tard, cette règle imposée pour des raisons simplement machistes, est encore d’usage à l’Académie française et donc dans la langue française.

Celle-ci, répétée maintes fois aux gamins à l’école, disant que le masculin l’emporte sur le féminin ne fait que perdurer et imposer cette inégalité dans les mentalités. Ce qui, et ceci n’engage que moi, est responsable à son niveau de l’état de la société actuelle vis-à-vis des droits des femmes.

Non seulement, réhabiliter cette règle replace le genre féminin au même niveau que le genre masculin et rend plus égalitaire la langue et, in fine, la société, mais en plus elle n’empêche pas forcement l’ancienne écriture vu qu’il reste possible d’écrire le masculin au plus proche du verbe et de l’adjectif.

Certes, on pourra me dire que la langue française est vivante donc adaptable selon son époque et qu’il est normal d’y avoir de nouvelles règles. Je suis parfaitement en accord avec cela mais encore faut-il qu’elle évolue dans un sens non discriminant et positif pour la société qui a quelque peu changé depuis le xviiie siècle. De plus, il n’est pas obligatoire de réhabiliter la totalité de l’ancienne règle, mais a minima de replacer l’équilibre en genre et conjuguer sur le majoritaire. Par exemple, s’il y a trois sujets féminins et deux masculins, l’adjectif s’accorderait sur le féminin et non sur le masculin comme actuellement. En cas d’égalité, il sera alors possible de choisir l’accord ou utiliser le genre du sujet le plus proche. Cela laisse alors plus de choix et de libertés lors de la rédaction.
Pour l’accord en nombre, celui-ci peut rester tel quel, cela empêchera les possibles confusions que certains reprochent à cette règle.

Si vous le souhaitez, une pétition existe depuis maintenant plusieurs années pour demander à l’Académie française de reconsidérer cette règle comme correcte, c’est par ici. :-)

Et vous alors, comment souhaitez-vous conjuguer l’égalité ? :-) (sondage valable 1 an)

« Toute l’année, les hommes et les femmes sont égaux ; pas seulement le 8 mars. »
67% (2 votes)
« Toute l’année, les hommes et les femmes sont égales ; pas seulement le 8 mars. »
33% (1 vote)
Total votes: 3
Catégorie: 

Ajouter un commentaire

S'abonner à Comments for "La règle qui règle les accords"